CHUTE LIBRE

961 640 Marie Plassard

Quand j’ai quitté Paris pour la Provence je ne savais pas exactement ce que j’allais y chercher et encore moins y trouver…
Sur le papier j’allais étudier la Naturopathie mais au fond de moi je savais que cela allait bien au delà.

C’était flou et évident à la fois.

Pendant longtemps la peur de l’inconnu, de la perte de repères m’avaient figée.

Dans un monde où la terreur des dogmes et des bombes règnent, où l’ignorance la peur et la famine tuent chaque jour, changer de vie, de ville dans un pays en paix n’a rien de dangereux.
Et pourtant  j’ai mis des années à oser bouger.

Oser prendre le risque de recommencer,
de déconstruire pour reconstruire.

Le seul vrai risque que j’ai pris c’est celui d’aller à ma rencontre, de devenir responsable de ma vie.
D’être plus inspirée, plus libre, plus vivante.
D’apprendre à écouter ce qui se dit dans le creux de mon être.
Écouter le vide et ses trop pleins pour en faire des tremplins.
Je crois qu’il n’y a qu’en acceptant sa part de chaos, ses ombres qu’on peut enfin accéder à sa lumière et à celle des autres. C’est dans ses profondeurs qu’on découvre la multitude de ses couleurs intérieures.

Ce que j’ai laissé derrière moi sont des parties de moi déjà mortes depuis longtemps.
Je ne voulais pas le voir.

C’est plus difficile de soigner une blessure quand on ne sait pas mettre un pansement.
Alors on préfère la laisser ouverte parce qu’on sait « gérer « .
On s’habitue à tout, notamment à cette zone de confort
dépourvue de réconforts.

C’était sous estimer notre capacité extraordinaire d’auto guérison, de résilience.
Cette force de vie à l’intérieur qui répare, guérit et s’adapte à presque tout.

On est beaucoup plus fort que ce que l’on croit. Beaucoup plus libre aussi.

C’est en osant sauter dans l’inconnu, dans ces moments d’insécurité qu’on rencontre nos plus belles vérités.
Et toutes nos ressources, nos forces juste là.

C’est lorsqu’on ose se lancer dans le vide que le filet apparaît.
Comme par magie.

Quand on fait preuve de courage la vie nous répond,
nous encourage.

Alors un autre monde s’ouvre à nous : le notre.
Et les mystères deviennent des évidences.